Page 4 - Nouvelles CSA 78F

Basic HTML Version

nouvelles de
l’ACS
4
www.
snowbirds
.org
L
orsque vous lirez ces lignes, les
41
e
 élections générales canadiennes
auront eu lieu et nous connaîtrons
le parti qui formera notre nouveau
gouvernement fédéral. Pour nous assurer
que nos préoccupations ont reçu l’attention
qu’elles méritaient, l’ACS a envoyé des lettres
aux dirigeants des différents partis leur
demandant de préciser leur position sur les
enjeux importants pour nos membres. Bien
que la prestation quotidienne de la plupart
des services de soins de santé relève de nos
gouvernements provinciaux et territoriaux,
la
Loi canadienne sur la santé
résulte de la
législation fédérale. La grande majorité des
provinces ne respectent pas leurs obligations
en matière de financement conformément au
principe de transférabilité prévu par cette Loi.
Il revient donc au gouvernement fédéral de
prendre des mesures afin de faire appliquer la
Loi canadienne sur la santé
. Lorsque nous avons
reçu les lettres des partis qui ont pris le temps
de nous répondre, nous les avons affichées sur
notre siteWeb à l’adresse
www.snowbirds.org
pour que tout le monde connaisse leur position
avant de voter.
Nous avons également envoyé à nos
membres une copie de notre dernier manuel
sur les élections fédérales. Ce manuel
comprend les questions susmentionnées
transmises aux divers dirigeants des
partis. L’objectif de tous les manuels sur
les élections que nous avons réalisés, que
ce soit à l’échelle fédérale ou provinciale/
territoriale, est de vous fournir les outils
nécessaires pour poser les bonnes questions
à vos candidats locaux lorsqu’ils frappent
à votre porte pour obtenir votre intention
de vote. Les manuels contiennent un grand
nombre de renseignements importants sur les
élections, notamment les dates des votes par
anticipation ainsi que les exigences en matière
d’identification et d’inscription. En résumé,
il s’agit d’un outil utile à guichet unique qui
vous permet (nous l’espérons) d’exprimer un
vote éclairé et efficace en ce qui concerne les
dossiers importants pour les « snowbirds ».
Avez-vous entendu parler du « droit
d’inspection aux passagers » que les États-Unis
proposent d’imposer aux voyageurs canadiens
arrivant par avion ou par bateau? Les voyageurs
canadiens et mexicains prenant l’avion ou
le bateau devraient ainsi payer un droit de
5,50 $ chaque fois qu’ils voyagent aux États-
Unis. Il ne s’agit pas d’une nouveauté, ce droit
est déjà imposé aux visiteurs internationaux.
Toutefois, les Canadiens ne sont plus tenus de
le payer depuis 1997. Comme vous le savez,
les États-Unis sont encore embourbés dans
une grave récession et font face à une dette
nationale de 14 billions de dollars américains
ainsi qu’à un déficit annuel dépassant 1 billion
de dollars. Le département de la Sécurité
intérieure des États-Unis estime que mettre
fin à cette exemption permettrait de générer
des produits d’environ 110 millions de dollars
américains. Étant donné l’étendue du malaise
économique, il s’agit d’une goutte d’eau dans
l’océan et effectivement, chaque dollar compte,
mais cette mesure me semble irréfléchie et
extrêmement contreproductive.
Les Canadiens cesseront-ils de voyager aux
États-Unis à cause de ce droit supplémentaire
de 5,50 $? Je ne pense pas, mais le message
ainsi transmis n’est pas positif. Chaque année,
les Canadiens voyageant par avion et par
bateau dépensent des milliards de dollars
aux États-Unis. Nous séjournons dans leurs
hôtels, mangeons dans leurs restaurants et
magasinons dans leurs boutiques. Ces 5,50 $
ne seront alors plus destinés à soutenir les
restaurants locaux en Floride, les commerçants
au Texas ou les terrains de golf publics en
Arizona. Nous serions plutôt portés à croire
qu’en regard de la conjoncture économique
actuelle, le gouvernement américain
déroulerait le tapis rouge pour nous.
On pourrait vraisemblablement y voir une
façon pour l’administration Obama de gagner
facilement de l’argent sur le dos des personnes
qui n’ont pas le droit de voter aux élections
américaines. Il semble s’agir du même état
d’esprit que celui qui entoure la taxe foncière
à deux vitesses en Floride. En cas de besoin
d’argent, il est plus facile sur le plan politique
d’augmenter les taxes et les frais qui pèsent
sur les personnes qui ne peuvent exprimer leur
mécontentement par scrutin. Actuellement, les
États-Unis ne prévoient pas imposer ce droit
aux Canadiens arrivant par voiture, mais ils
pourraient y venir, qui sait?
L’ACS s’oppose fortement à cette
proposition et nous avons immédiatement
réagi. En effet, nous avons fait entendre notre
mécontentement dans plus de 400 journaux
en Amérique du Nord. Notre directeur général,
Michael MacKenzie, s’est élevé contre ce droit
d’inspection dans diverses émissions de radio
et a participé à une entrevue télévisée sur
Canada AM, l’émission d’information nationale
du matin la plus regardée au Canada. Nous ne
sommes pas les seuls de cet avis. Le premier
ministre Stephen Harper, l’association des
Manufacturiers et Exportateurs du Canada
ainsi que la Chambre de commerce du Canada
se sont tous élevés contre cette proposition.
Selon un sondage en ligne anticipé, environ
huit Canadiens sur dix ont indiqué que ce
droit était une mauvaise idée. Heureusement,
l’intensité des réactions négatives suscitées
au Canada aura une influence positive. En
effet, l’administration Obama commencera
à se pencher sur l’élaboration de politiques
encourageant les voyages et le tourisme vers
les États-Unis et non l’inverse.
Dans la dernière édition du magazine
Nouvelles « CSA »
, je vous avais promis une
mise à jour sur notre proposition de visa pour
les retraités qui permettrait aux Canadiens
de passer plus de temps aux États-Unis
chaque année. Les représentants de l’ACS ont
effectué leur visite initiale à Washington D.C.
et cette question figure à présent à l’ordre du
jour politique chez nos voisins du sud. Des
réunions ont été organisées avec les membres
du Congrès ainsi que le personnel du bureau
du représentant Connie Mack (républicain
– Floride), du représentant Rich Nugent
(républicain – Floride), de la représentante
Sandy Adams (républicaine – Floride), du
représentant C.W. Bill Young (républicain –
Floride), de la représentante Corrine Brown
(démocrate – Floride), du représentant Bill
Posey (républicain – Floride) et du représentant
John Conyers, Jr. (démocrate – Michigan). Nous
avons également rencontré le personnel du
bureau du sénateur Bill Nelson (républicain –
Floride).
Ces discussions se sont très bien passées et,
après tout, pourquoi en aurait-il été autrement?
L’idée que des dizaines de milliers de Canadiens
viennent visiter leur district et dépenser de
l’argent sans voler les emplois des citoyens
américains est très attrayante. Nous avons
effectué notre série initiale de présentations et
nous serons de retour en mai et en juin pour en
réaliser d’autres. La prochaine étape vise à nous
assurer un soutien au sein du Congrès et du
Sénat. Les problèmes auxquels sont confrontés
les Canadiens ne sont pas toujours au centre
des préoccupations à Washington D.C., mais
nous avons connu un excellent départ. Nous
restons aux aguets. Nous vous tiendrons
informés au cours de l’été.
Rapport
sur le gouvernement
Jim Sherb
Premier vice-président