Page 5 - Nouvelles CSA 78F

Basic HTML Version

5
NOUVELLES « CSA »
|
PRINTEMPS 2011
D
ieu merci, nous n’aurons plus à subir
les publicités des différents partis
politiques pendant un certain temps.
Elles contenaient tellement de fausses
informations, de propos déformés et,
dans certains cas, de mensonges purs et
simples, que je suis franchement écœuré par
l’ensemble du processus.
Tout ceci me fait penser au secteur de
l’assurance voyage et aux renseignements
erronés transmis par certains des
participants. Revenons un peu en arrière. J’ai
profité d’un rare moment d’accalmie durant
notre « Extravaganza » en Floride pour sortir
et remercier quelques-uns de nos centaines
de bénévoles. Deux bénévoles se trouvaient
à l’entrée arrière du Lakeland Center pour
fournir des indications au public et superviser
les dîners de nos commanditaires. Ils
participent régulièrement à l’événement
« Extravaganza », ce sont des membres de
longue date de l’ACS qui travaillent dur.
Après avoir échangé quelques plaisanteries,
je leur ai demandé si je pouvais faire quelque
chose pour les aider; nous les appellerons
Jim et Dave. Jim a déclaré ceci : « Bien sûr, il
vous suffit de modifier la police d’assurance
de Medipac pour que mes états préexistants
soient couverts! » Je lui ai répondu ce qui
suit : « Si vous êtes assuré avec Medipac, il
est vraiment très improbable que vos états
préexistants ne soient pas couverts. Medipac
couvre vos états préexistants tant qu’elles
sont stables. De plus, nous pouvons souvent
proposer une couverture même si ces états
sont instables, mais à un tarif plus élevé,
évidemment. »
Dave a renchéri en disant : « C’est absurde,
tout le monde sait qu’AUCUNE compagnie
d’assurance ne couvre les états préexistants! »
Je lui ai demandé de qui il tenait ces
renseignements ridicules et inexacts et il
a répondu que « tout le monde » le disait.
Après lui avoir posé d’autres questions,
j’ai appris qu’il faisait référence à certains
agents avec qui il s’était entretenu, ainsi qu’à
certains de ses amis selon qui personne ne
vend d’assurance voyage couvrant les états
préexistants. Cela m’a paru incroyable!
Nous avons failli nous disputer, car nous
avions tous trois des arguments passionnés
au sujet de nos convictions et il semblait que
tout ce que je pouvais dire ne parviendrait
pas à les convaincre que Medipac couvre
effectivement les états préexistants stables.
J’ai voulu ensuite savoir à quel type de police
d’assurance voyage ils avaient souscrit et
leur réponse a été très désolante. En effet,
ils avaient tous deux souscrit à une police
d’assurance qui
excluait
la couverture
des états préexistants. Par conséquent, les
services médicaux d’urgence dont ils auront
fort probablement besoin ne seraient pas
couverts. C’est idiot, mais ils ont suivi les
conseils que certaines personnes leur ont
donnés. Je parie qu’elles leur ont également
dit que leur police était moins coûteuse que
celle de Medipac, mais si c’est effectivement
le cas, la différence ne devait pas être notable.
Il n’y avait qu’une seule façon de régler
le problème, je suis donc allé au stand
de Medipac me procurer une copie de
notre demande de souscription et de la
police d’assurance de Medipac. J’ai ensuite
expliqué à Jim et à Dave que les questions
médicales figurant sur la demande servaient
uniquement à calculer le tarif, puis je leur
ai lu et montré la clause concernant les
états préexistants de la police. Ces états
ÉTAIENT couverts. Vous pouvez imaginer leur
perplexité. Ils ont toujours pensé, car on le
leur avait dit, qu’aucun assureur ne couvrirait
les états préexistants. À n’en pas douter,
quelqu’un leur avait affirmé que Medipac ne
dérogeait pas à cette règle. Je vais laisser un
espace vide ici « ......... » pour vous donner ma
véritable opinion sur les gens qui leur ont
menti.
Ai-je réussi à les convaincre? Je n’en suis
pas sûr, mais ils se sont mis d’accord pour
être beaucoup plus attentifs au choix qu’ils
porteront cette année sur leur assurance
voyage. Je parie que Medipac aura deux (ou
peut-être quatre, s’ils ont des partenaires
de voyage) nouveaux clients cette année,
et peut-être bien plus si d’autres personnes
lisent cet article.
Remarque : Cette année a été particulièrement
difficile en termes de demande de règlement et le
pourcentage de personnes faisant ces demandes
a considérablement augmenté. Les demandes de
règlement sont également plus importantes et les
séjours à l’hôpital sont bien plus longs que les années
précédentes. Cela signifie que des augmentations de
tarifs vont être appliquées, et ce, même si le dollar
canadien est plus fort. Fait extrêmement troublant,
il semblerait que le gouvernement de l’Ontario ait
demandé aux hôpitaux ontariens de refuser l’accès
aux Canadiens qui reviennent au pays pour recevoir
un traitement. Nous connaissons une personne à
qui l’on a refusé un lit à l’hôpital pendant trois mois,
un hôpital a également refusé un lit pendant plus
de trois semaines à l’un de nos clients qui est ensuite
décédé, loin de chez lui, et nous nous sommes heurtés
à une forte résistance lorsque nous avons essayé
d’obtenir un lit.
L’ACS s’est battue et continue de se battre contre les
divers gouvernements provinciaux qui essaient de
nous garder prisonniers dans notre propre province.
Il semblerait à présent que nous devions lutter pour
être autorisé à retourner dans notre propre province.
Cela me fait penser à une vieille chanson à propos de
Charlie voyageant avec la MTA…
« Did he ever return
(Est-il jamais revenu)
No he never returned
(Non, il n’est jamais revenu)
And his fate is still unlearn’d
(Et son sort reste inconnu)
He may ride forever
(Il peut voyager pour toujours)
‘neath the streets of Boston
(Sous les rues de Boston)
He’s the man who never returned. »
(Il est l’homme qui
n’est jamais revenu)
Qui aurait cru que nous, les « snowbirds », aurions
à nous préoccuper d’être « autorisés » à revenir chez
nous, au Canada? L’une de nos provinces à mis en
place une ligne téléphonique d’urgence spéciale
visant à aider les personnes à obtenir un lit dans un
hôpital de cette province. Auparavant, lorsque vous
appeliez ce numéro, la première question que l’on
vous posait était : « Avez-vous une assurance? »
Si vous répondiez « oui », vous n’obteniez PAS de lit
et vous étiez habituellement renvoyé là où vous vous
trouviez. Cette méthode était vraiment inacceptable!
Dernièrement, ce service s’est considérablement
amélioré et s’est révélé très utile dans certaines
situations. Un homme de l’Ontario a été victime
d’un AVC pendant qu’il était en Écosse et nécessitait
des soins de réadaptation, le gouvernement a
déclaré qu’il lui suffisait de remplir des formulaires
et qu’il serait sur une liste d’attente pour un lit en
réadaptation (en d’autres termes, des mois et des
mois d’attente). Il est dans cette situation depuis très
longtemps maintenant et sa famille est désemparée.
Ce genre de situation absurde a une incidence très
négative sur les prix de notre police d’assurance.
Assurez-vous de tirer parti du régime Lève-
tôt de Medipac, car je pense que la situation
va se compliquer. Nous avons besoin que les
gouvernements se préoccupent de leurs citoyens.
N’oubliez pas de voter aux prochaines élections;
j’espère également que vous avez voté lors des
dernières élections fédérales. Si vous ne votez pas,
c’est que vous n’accordez pas d’importance à ces
enjeux. Nous devrions tous nous préoccuper de
certaines questions…et nous
POUVONS
faire une différence!
J. Ross Quigley
Chef de la direction
Assurance