Page 8 - Nouvelles CSA 81F

Basic HTML Version

nouvelles de
l’ACS
8
www.
snowbirds
.org
V yag
Des boules de duvet avec des
yeux
Chaque île faisant partie de notre itinéraire
était différente. À Genovesa, nous avons
suivi un sentier bordé de mangliers et
de palos santos aux branches dénudées
soutenant des nids de brindilles qui
abritaient de grosses boules de duvet
blanc. Semblables à des répliques
miniatures du gros oiseau de
Rue Sésame
,
ces poussins ébouriffés avaient tout d’une
adorable peluche. Avec leurs deux yeux
légèrement convergents et de leur bec,
ils suivaient attentivement nos moindres
mouvements, tout en gardant bien leurs
distances.
Nous avons été distraits par les cris
incessants d’un oisillon réclamant de
la nourriture sur le sol. En voyant sa
mère ouvrir son bec orange, le jeune
oiseau y fourra la tête afin d’y recueillir
des morceaux de poissons prédigérés.
Les naturalistes du parc national des
Galápagos, qui doivent accompagner
chaque groupe de 16 personnes ou moins,
nous ont aidés à distinguer ces boules
duveteuses les unes des autres. Puisque
les bateaux d’Ecoventura transportent
un maximum de 20 passagers, chaque
naturaliste prend sous son aile un petit
groupe composé de 10 passagers
seulement. Très compétentes, nos
naturalistes, Cecibel Guerrero (Ceci) et
Yvonne Mórtola, ont été des guides
exceptionnelles.
« Les fous à pieds rouges nichent toujours
dans les arbres », nous a expliqué Ceci.
« Les bébés fous ont le bec pointu. Les
petits des frégates ont le bec crochu. Les
fous de Nazca construisent leur nid par
terre avec des brindilles, des roches ou des
morceaux de coraux, alors que les fous à
pieds bleus aménagent un nid circulaire
à même le sol. » Elle nous a également
raconté que leur nom anglais,
booby
, tire
son origine du mot
bobo
qui, en espagnol,
signifie « clown ». Il est en effet bien difficile
de ne pas sourire quand on en voit un!
Les pieds rouges
Parvenus à l’âge adulte, les fous à pieds
rouges semblent effectivement avoir
trempé leurs deux pattes dans un seau de
peinture rouge. « Ils ont les pattes souples,
ce qui leur permet de les enrouler autour
des branches pour se percher dans les
arbres », nous a expliqué Ceci. On dirait que
les adultes portent de l’ombre à paupières
bleue. Leur bec est également bleu, avec
du rose à la base.
Les tourterelles des Galápagos, qui se
nourrissaient à nos pieds, ont des pattes
rouges et des yeux entourés de bleus. Les
mouettes à queue fourchue ont aussi les
pattes rouges et un cercle écarlate autour
des yeux. Le soir, ces oiseaux nocturnes
passaient en planant près du
Eric
, tels des
spectres blancs, à la recherche de calmars
et de poissons volants.
Lors de l’accueil, Ceci et Yvonne ont
GALÁPAGOS
Rien de ce que nous avions lu ou vu n’aurait pu nous préparer aux
îles Galápagos. Afin de découvrir cet archipel enchanteur (13 îles
principales, six îlots et plus d’une centaine de récifs et de rochers) situé à
1 000 kilomètres à l’ouest de l’Équateur, nous avons dû parcourir 500 milles
nautiques et franchir l’équateur quatre fois à bord du
M/Y Eric.
Ce yacht,
qui fait partie d’un trio de yachts pratiquement identiques offrant un
service de première classe de qualité supérieure dans les îles Galápagos,
est exploité par Ecoventura, une entreprise familiale établie dans la plus
grande ville de l’Équateur, Guayaquil.
La durée du vol entre Toronto et Guayaquil à bord de Copa Airlines a été
de 7,5 heures, mais nous n’avons pas ressenti les effets du décalage horaire
puisque le fuseau horaire de l’Équateur est celui de l’heure normale de l’Est.
Après une nuit à l’Hôtel Oro Verde, nos compagnons de voyage canadiens
et américains et nous sommes montés à bord d’un avion de la compagnie
AeroGal pour un vol de 90 minutes en direction de l’île San Cristóbal, aux
Galápagos, port d’embarquement du
Eric
.
RENCONTRES FAUNIQUES POUR VOYAGEURS INTRÉPIDES
Fous à pieds rouges : oisillon et juvénile.
Le capitaine Pablo Jaramillo à la barre d’un
panga
devant le
M/Y Eric
.
Récit et photos de Barb et Ron Kroll