Page 12 - Nouvelles CSA 84F

Basic HTML Version

12
P
eu de temps après avoir
ouvert mon premier
cabinet de médecin de
campagne au nord de
eterborough, en Ontario, on
m’a proposé le poste de médecin
résident pour les 20 pensionnaires
du « Home for the Aged » (foyer
pour personnes âgées) du
comté. L’établissement s’appelait
auparavant le « House of Refuge »
(hospice) du comté, un nom choisi
vraisemblablement pour indiquer
qu’il s’agissait d’un endroit où les
résidents du comté pouvaient être
emmenés quand ils n’avaient nulle
part où aller, étaient démunis et
n’avaient aucun membre de leur
famille en mesure de s’occuper
d’eux. J’ai accepté le poste et je
me vois encore remonter en auto
la longue allée menant à cette
grande ferme séculaire qui avait
été convertie de nombreuses
années auparavant en maison de
soins infirmiers. Au fil des années
durant lesquelles j’ai assumé cette
responsabilité, d’étroites relations
de patient à médecin se sont
développées avec ces résidents âgés
et, pour la plupart d’entre eux, j’étais
la seule personne qui leur rendait
visite de façon régulière.
Comme ma clientèle augmentait,
j’ai dû rendre visite à certains de
mes patients dans d’autres maisons
de soins infirmiers (comme on
les appelait) de la région, et j’ai
réalisé avec tristesse que la plupart
des résidents étaient vraiment
malheureux d’y vivre. Il y avait
toujours deux personnes ou plus
par chambre, les établissements
étaient toujours de grandes et
vieilles maisons qui avaient été
transformées et il y régnait toujours
une odeur désagréable. Même si
on s’occupait bien des résidents
L’avenir des soins de santé
De meilleurs choix
par le D
r
Robert MacMillan
Santé