Page 15 - Nouvelles CSA 84F

Basic HTML Version

15
NOUVELLES « CSA »
|
automne 2012
privée pour les soins de longue durée existe au Canada,
elle n’est pas encore très populaire.
Les sites Web des ministères de la Santé des provinces
contiennent des renseignements sur les types
d’établissements qui existent et sur les éléments à
prendre en considération quand on est appelé à choisir
un lieu de résidence. En outre, la plupart des provinces
disposent d’une association qui représente les
établissements de soins de longue durée détenant une
licence et qui peut vous aider à prendre une décision.
Certaines provinces, dont l’Ontario, ont des centres
d’accès aux soins communautaires qui offrent des
renseignements supplémentaires sur les établissements
de votre région et qui coordonnent les admissions.
Le nombre croissant d’aînés atteints de maladies
chroniques et invalidantes impose un lourd fardeau
aux établissements de soins de longue durée aux
capacités déjà limitées. Les délais d’attente pour des lits
de soins de longue durée spécialisés augmentent et les
hôpitaux sont souvent engorgés par des patients en
attente de placement. Le Conference Board of Canada a
attiré l’attention sur cette crise imminente en faisant la
déclaration suivante :
Le secteur des soins de longue durée peine à répondre aux
besoins actuels et il est mal préparé pour faire face aux
difficultés qui apparaîtront au cours des deux décennies
à venir. Si on ne prend pas d’importantes mesures pour
préparer le secteur à fonctionner plus efficacement dans
le cadre d’un système intégré de soins pour les personnes
âgées, les Ontariens ne disposeront que d’un système
précaire qui ne pourra pas leur fournir les soins dont ils
auront besoin pendant les dernières années de leur vie.
Je parle de l’Ontario, mais la situation est la même dans
toutes les provinces. Le rapport a précipité la mise sur
pied d’un Panel d’experts sur l’innovation dans les soins
de longue durée en Ontario, lequel a fait rapport en
mars dernier sur les mesures à prendre pour répondre à
ce besoin.
En attendant, il est important pour nous de nous
pencher
dès aujourd’hui
sur nos options. Trop souvent,
des discussions se tiennent en urgence près d’un lit
d’hôpital au moment où une situation médicale nous
oblige à prendre rapidement une décision concernant
des soins continus. Nous devons bien nous informer
sur les ressources communautaires disponibles, les
possibilités provinciales en matière de soins à domicile,
les services de soins infirmiers, de physiothérapie et
d’ergothérapie à domicile. Les soins continus à domicile
sont souvent la meilleure solution. Cependant, ce n’est
pas toujours possible, aussi il vaut mieux se renseigner
sur les établissements de notre région. Il faut visiter
des maisons de retraite et des établissements de
soins de longue durée. Il faut s’informer sur les coûts
et la disponibilité. Il faut échanger avec des résidents
et prévoir différentes stratégies pour soi en cas de
changement.
Nous aurons, pour la plupart d’entre nous, les
ressources provenant de notre maison ou de notre
retraite nécessaires pour continuer à bénéficier d’un lieu
de résidence de qualité adapté à nos besoins. L’accès à
un lit d’hôpital n’est pas lié à nos ressources financières
et les établissements de soins de longue durée peuvent
être subventionnés par la plupart des gouvernements,
mais l’accès aux résidences pour les aînés dépend
entièrement de la capacité financière de chacun. Les
coûts peuvent être considérables, mais abordables
pour un grand nombre. Examinez ces coûts dans votre
région et faites des calculs pour planifier votre budget
maintenant, au cas où vous auriez besoin d’un tel
changement.
Nous pouvons tous nous réjouir du fait que la qualité
des soins dans ces établissements se soit beaucoup
améliorée au cours des dernières décennies. Alors que
la maison de soins infirmiers était autrefois la seule
option possible quand une personne âgée ne pouvait
plus vivre seule, aujourd’hui, des services de soins à
domicile, des établissements de soins de longue durée
de qualité et des résidences modernes pour retraités
associés à un large éventail de services de santé et
sociaux nous sont proposés selon nos besoins et nos
souhaits. Les gouvernements et les parties prenantes
devront en faire davantage dans les années qui
viennent afin d’éviter que la qualité des soins aux aînés
ne se détériore. En attendant, chacun d’entre nous doit
accorder une attention particulière à cette question et
planifier en vue de ses éventuels besoins futurs.
Santé