Page 8 - Nouvelles CSA 85F

Basic HTML Version

8
le
jaseur
de l’ACS dans votre province à l’occasion de l’une de
nos nombreuses réunions. Les lieux et les dates des
réunions aux États-Unis sont indiqués dans une autre
section de ce magazine. Si vous appelez le bureau
de l’ACS, nous pouvons demander à un directeur
de votre région de vous appeler. Vous
devez
vous
procurer une assurance-voyage. L’ACS recommande
celle proposée par Medipac. Les coordonnées sont
indiquées dans ce numéro.
Cher jaseur,
Ce sujet a peut-être été déjà abordé auparavant...
désolé. Lors d’un récent passage de la frontière
américaine, on nous a demandé de fournir des
documents témoignant de nos liens étroits avec le
Canada. Nous n’avions que notre carte d’identité;
le garde-frontière nous a permis passer à regret,
mais nous a avertis que « le fardeau de la preuve
incombe au voyageur. » Quelqu’un a-t-il déjà vécu
ce genre de situation? Quels autres documents
devrions-nous emporter?
Ian de la Colombie-Britannique
R. : Vous avez eu de la chance. Les gardes-frontières
américains ont des pouvoirs très larges, ils peuvent
vous laisser passer, vous refuser l’entrée, vous dire
exactement combien de temps vous pourrez rester et
même vous interdire d’entrer aux États-Unis pendant
un certain nombre d’années. Il est très important
d’être respectueux envers ces gardes-frontières et
d’être bien préparé pour traverser la frontière, car ils
n’ont pas besoin d’une véritable raison pour prendre
l’une des décisions ci-dessus. D’autant plus qu’on
ne peut en appeler de la décision qu’ils prennent.
Comme je l’ai mentionné plus haut, votre passeport,
votre carte santé, un relevé d’impôts fonciers et
un relevé bancaire vous seront très utiles pour la
prochaine fois. Les factures d’eau, les relevés de carte
de crédit et tout document officiel portant votre nom
et votre adresse au Canada peuvent être ajoutés
à la liste…et les cartes d’identité avec photo sont
appréciées.
Cher jaseur,
Au sujet du calcul des journées passées aux
États-Unis sur le formulaire 8840, si une personne
revient au Canada pour Noël et y reste deux
semaines, puis retourne aux États-Unis, ou si une
personne interrompt son séjour aux États-Unis
pour aller faire une croisière de deux semaines
sur le canal de Panama, ces jours doivent-ils être
comptés dans le calcul du nombre total de jours
sur le formulaire 8840? Il semble qu’il y a une
certaine confusion et qu’on ne sait pas clairement
si ces jours devraient être comptés ou non dans
le calcul.
VaughanMcClarty
Régina (Sask.)
R. : L’ACS dispose de documents écrits du
gouvernement des États-Unis stipulant que toute
Cher jaseur,
En tant que membres de l’ACS, nous aimerions
remercier le personnel de votre bureau d’avoir agi
si rapidement pour permettre aux « snowbirds »
de déduire leurs primes annuelles pour la
couverture d’assurance à l’extérieur de la province.
La résolution de cette question vaut à elle seule
chaque dollar de notre cotisation de membres de
l’association.
Sharon Unrau
Summerland (C.-B.)
Cher jaseur,
Le jour même où j’ai lu votre article sur les
efforts mis en œuvre pour que l’ARC approuve
les frais médicaux en voyage, j’ai reçu un avis de
réévaluation disant que ma réclamation pour les
primes payées était rejetée. Cependant, votre
article m’a donné du courage et je vais en appeler.
Je vous remercie de vos efforts.
John Caird
Oakville (Ontario)
R. : le montant total de la prime que vous payez pour
l’assurance-voyage Medipac est déductible d’impôt.
Votre demande sera acceptée.
Cher jaseur,
Je suis devenu membre récemment. Je ne sais
comment obtenir les informations dont j’ai besoin.
Ai-je besoin d’un visa américain et d’un compte
bancaire?
Comment puis-je trouver les endroits préférés des
« snowbirds » canadiens?
À qui dois-je poser des questions comme celles-
ci?
Othello de l’Ontario
R. : Ce sont les premières questions auxquelles
chaque nouveau « snowbird » souhaite avoir des
réponses. En tant que citoyen canadien, vous pouvez
séjourner aux États-Unis pendant unmaximumde
six mois au cours d’une période de 12mois (ceci ne
veut pas dire une année civile!). Quand vous passez
la frontière, on vous donne un visa « verbal » et vous
n’avez pas besoin de suivre un processus formel ou
un processus de préarrangement pour être admis.
Vous devez toujours être muni de votre passeport
et de certains autres documents vous identifiant
comme résidant canadien permanent. Une carte
santé, un relevé d’impôts fonciers et un relevé
bancaire se sont avérés très utiles pour d’autres
« snowbirds
»
. Vous devez ouvrir un compte bancaire
si vous prévoyez séjourner 60 jours ou plus, mais
vous devriez d’abord décider de l’endroit où vous
séjournerez régulièrement.
Pour trouver des endroits en particulier où
séjournent d’autres Canadiens, le mieux est de parler
à d’autres « snowbirds » ou peut-être au directeur
absence temporaire des États-Unis au cours du
séjour d’un « snowbird » ne peut être déduite du
nombre total de journées passées aux États-Unis sauf
en cas d’absence d’aumoins 30 jours. Cela signifie
que votre croisière de deux semaines sur le canal de
Panama compte comme du temps passé aux États-
Unis. C’est injuste bien sûr, mais jusqu’àmaintenant,
c’est la position du gouvernement. Le séjour de deux
semaines à lamaison pour Noël tombe dans la
même catégorie. Au lieu d’essayer de changer cette
position, l’ACS s’efforce d’obtenir un visa de séjour de
huit mois pour les « snowbirds », ce qui résoudrait
tous ces problèmes. La confusion dont vous parlez
vient du fait que beaucoup de gens n’ont pas compté
ces journées et que personne n’a rien dit, si bien qu’on
en a déduit que c’était correct.
Et pour répondre à Barbara de l’Alberta – oui, tout le
mois de décembre compte comme du temps passé
aux États-Unis.
Cher jaseur,
Nous sommes membres de l’ACS depuis plusieurs
années et nous utilisons Medipac comme assureur
médical à l’étranger. Voici ma question : après
avoir lu l’article de Don Kannon, deWilliamstown,
en Ontario, dans le dernier numéro du magazine
de l’ACS, je ne comprends pas très bien comment
il a pu repartir au Texas après avoir reçu son congé
de l’hôpital d’Ottawa depuis juste deux semaines.
J’avais l’impression qu’il fallait avoir un état
stable pendant 90 jours pour être entièrement
couvert par l’assurance. Auriez-vous l’obligeance
de me fournir des éclaircissements sur cette
question en particulier? J’ai une autre question :
après avoir passé un test de diagnostic (dont le
résultat serait négatif ), peut-on quitter le pays la
semaine suivante et être entièrement couvert par
l’assurance?
Beverly Bishop
R. : M. Kannon a profité de l’avantage « Garantie
de retour à la destination » de Medipac. À la suite
d’une urgence médicale ayant nécessité une
évacuation, une personne peut demander àMedipac
le rétablissement de sa police d’assurance et nous
paierons également les frais de voyage de retour
à sa destination d’origine. (Cela inclut également
le conjoint ou le compagnon de voyage qui est
également assuré àMedipac).
Quand une personne demande à bénéficier
de cet avantage, Medipac Assist examine son
dossier médical afin de déterminer si son état est
assez stable pour lui permettre de faire le voyage
jusqu’à sa destination d’origine. Normalement, la
prolongation de la garantie exclura l’état ayant
mené à l’évacuation qui est considéré maintenant
comme un état préexistant en raison de la période
prévue de 90 jours. Dans certains cas, nous pouvons
ne fournir AUCUNE couverture pour votre retour
si vos médecins estiment que votre cas présente
encore des points non résolus et nécessite d’autres