Page 7 - Nouvelles CSA 89

Basic HTML Version

nouvelles de
l’ACS
7
NOUVELLES « CSA »
|
HIVER 2013
Tous ceux qui lisent régulièrement
la
présente chronique savent très bien que notre
proposition du « visa de retraité canadien »
(contenue dans le projet de loi JOLT) a été
approuvée par le Sénat américain. Afin que le
projet de loi JOLT soit ratifié, il doit également
être adopté par la Chambre des représentants
des États-Unis et être signé par le président
américain, lequel a affirmé qu’il le ferait.
Au Sénat, le projet de loi JOLT faisait
partie de la réforme législative massive
sur l’immigration qui a été adoptée en
juin dernier. Malheureusement, la réforme
législative sur l’immigration n’était pas le
sujet favori de la Chambre cette année. En
revanche, il n’est pas nécessaire qu’il le soit;
le projet de loi JOLT peut tout de même être
adopté par la Chambre, comme projet de loi
distinct ou joint à un projet de loi différent.
Dans le numéro d’automne de
Nouvelles
« CSA »
, j’ai mentionné que le projet de loi
JOLT était parrainé conjointement par 70
membres bipartisans au sein de la Chambre
des représentants. Depuis, le président de
l’ACS, Bob Slack, et le personnel de l’ACS se
sont rendus à Washington, D.C. afin d’obtenir
d’autres appuis. Au moment de mettre sous
presse, 109 membres du Congrès parrainent
maintenant notre projet de loi. Le fait d’avoir
franchi la barre de 100 personnes en faveur de
notre cause est une étape importante, et ce
résultat est d’autant plus remarquable quand
on pense que le soutien des démocrates et
des républicains est divisé de façon égale.
C’est un long processus, parfois frustrant, mais
nous réalisons d’énormes progrès.
Nous devons remercier tous nos membres
de l’Alberta qui se sont adressés à leurs
députés provinciaux et leur ont demandé que
l’Alberta fasse passer de six à sept mois les
services de santé couverts hors de la province.
Le 9 octobre 2013, le président de l’ACS,
Bob Slack, et le directeur pour l’ouest du
Canada, Rick Thorpe, ont rencontré le
ministre de la Santé de l’Alberta, Fred Horne,
pour discuter de cet enjeu important. Le
lendemain, ils ont rencontré Danielle Smith,
chef de l’opposition officielle, Heather Forsyth,
porte-parole de l’opposition en matière de
santé, et Kerry Towle chargée du dossier des
aînés. Les discussions se sont bien déroulées
et nous espérons que nous pourrons bientôt
régler cette question afin que nos membres
albertains jouissent de la même souplesse
dont bénéficient tous nos membres de
nombreuses autres provinces.
Le 29 octobre 2013, Michael MacKenzie,
directeur général de l’ACS, et Evan
Rachkovsky, agent de recherche, se sont
rendus à Regina pour rencontrer des
membres du Comité permanent sur
les services en ressources humaines du
gouvernement de la Saskatchewan, qui est
composé de membres élus de l’Assemblée
législative. Leur mandat est d’étudier les
propositions législatives dans les secteurs de
la santé, des services sociaux, de l’éducation et
du travail, puis de conseiller le gouvernement
provincial.
Les résidants de la Saskatchewan
peuvent séjourner six mois à l’extérieur
de la province au cours d’une année
civile tout en conservant leur couverture
d’assurance-maladie provinciale. En outre,
le gouvernement provincial actuel a
informé l’ACS par écrit que la « Direction
de l’inscription à l’assurance-maladie du
ministère de la Santé ne surveille pas les
sorties à court terme et ne l’a jamais fait ».
En pratique, cela permet déjà aux
« snowbirds » de la Saskatchewan de visiter
leur famille ou des amis pendant l’été dans
d’autres provinces ou territoires sans risquer
la suspension de leur couverture d’assurance
provinciale. C’est une politique pertinente et
nous en remercions le gouvernement. Cela
dit, je suis certain que nous serions tous plus
soulagés si cette politique avait force de loi;
c’était le but de notre rencontre.
Les députés que nous avons rencontrés
nous ont accordé un appui très solide et ont
bien compris que nous souhaitions officialiser
une politique qu’ils suivaient déjà. Je suis
convaincu que nous connaîtrons bientôt
un changement réglementaire officiel à cet
égard.
Nous avons un nouveau gouvernement en
Nouvelle-Écosse. Le 8 octobre 2013, le Parti
libéral de la Nouvelle-Écosse était élu avec
une majorité. Le chef de l’opposition, Stephen
McNeil, est devenu le 28
premier ministre de
l’histoire de cette formidable province.
Vous le savez, l’ACS a toujours cru qu’en
plus de favoriser des pressions auprès des
représentants gouvernementaux, nous
devrions toujours faire connaître nos
préoccupations aux élus qui font partie
de l’opposition. Un élu qui est aujourd’hui
membre de l’opposition devient souvent
membre du gouvernement peu de temps
après.
Cet été, Bob Slack, président de l’ACS et moi
sommes allés en Nouvelle-Écosse rencontrer
le ministre de la Santé de l’époque, David
Wilson, afin de le convaincre de prolonger la
durée de séjour à l’extérieur de la province
sans perte de couverture d’assurance, de six
à sept mois. Le ministreWilson s’est montré
très réceptif et a accepté d’apporter les
modifications demandées.
Nous nous étions également entretenus
avec Stephen McNeil, alors chef de
l’opposition, et Leo Glavine, porte-parole
officiel de l’opposition en matière de
santé. Encore une fois, ils ont été tous deux
favorables à notre demande et M. McNeil a
écrit ces commentaires : « un gouvernement
libéral apportera des modifications
législatives afin de prolonger la couverture
d’assurance de six à sept mois ».
Aujourd’hui, le chef de l’opposition,
Stephen McNeil, est devenu le premier
ministre et Leo Glavine, alors porte-parole
de l’opposition en matière de santé, est
maintenant ministre de la Santé. Au nom de
l’Association canadienne des « snowbirds »,
je désire remercier le premier ministre
McNeil, le ministre de la Santé Glavine et
l’ancien ministre de la SantéWilson pour leur
engagement envers les « snowbirds » de la
Nouvelle-Écosse.
Rapport
sur le gouvernement
Ron Steeves
Premier vice-président