Nouvelles CSA 92 - page 4

4
le
jaseur
Cher jaseur,
Je suis un membre à vie de l’ACS et, à ce titre, j’ai
une question à vous poser aujourd’hui. Je travaille
pour une société qui possède plusieurs véhicules
aux États-Unis et j’aimerais savoir si je peux
conduire l’un de ces véhicules jusqu’à Ottawa.
Cette société par actions, qui a des avoirs en
Floride et au Canada, est enregistrée en Floride. Je
n’ai pas l’intention de vendre la voiture au Canada;
ce serait simplement pour un voyage. En raison de
l’entente de libre-échange entre le Canada et les
États-Unis, j’espère être autorisée à conduire l’un
des véhicules de la société immatriculés aux États-
Unis pour revenir au Canada, au besoin depuis la
Floride, car les vols ne sont pas toujours pratiques
et j’aime conduire.
Je me suis renseignée auprès des Douanes et de
l’Immigration, mais j’ai de la difficulté à obtenir
une réponse se rapportant à mon cas particulier.
Je ne sais donc pas du tout si je suis autorisée à le
faire ou non.
Merci beaucoup de votre aide.
Ann (Ontario)
Ed : Tant de règles et de règlements! En bref, la
réponse est « non! » Un Canadien entrant au Canada
au volant d’une voiture immatriculée aux États-Unis
attire au maximum l’attention des gardes-frontières.
Si vous souhaitez ramener une voiture, vous devez
l’« importer » et payer des taxes et des droits. Étant
moi-même un passionné de voitures, je l’ai fait et c’est
relativement facile, mais cela finit par coûter cher
avec la TVH. Et ensuite, vous devez l’exporter pour la
ramener aux États-Unis – une fois encore en payant
des taxes et des droits. C’est tout à fait absurde bien
sûr, mais ne mettez pas en péril votre droit de vous
rendre aux États-Unis dans le futur en essayant
d’éviter cela. Il y a des années, j’ai eu un problème très
similaire avec un bateau que j’avais acheté à Miami.
Des agents des douanes l’ont trouvé dans une marina
de Toronto ( il semble qu’ils vérifient régulièrement
les marinas) et j’ai reçu une sommation de payer
les taxes ou de faire sortir le bateau. Ils m’ont aussi
averti qu’ils pouvaient saisir le bateau et le vendre.
Maintenant, je conduis uniquement une voiture
immatriculée au Canada pour aller et venir entre les
deux pays.
Cher jaseur,
J’ai récemment lu dans un article de journal censé
avoir été écrit par un avocat spécialisé en droit
de l’immigration aux États-Unis disant que des
« snowbirds » comme nous séjournant aux États-
Unis qui font un voyage en dehors des États-Unis
pendant moins de 30 jours doivent inclure ce
temps passé à l’extérieur dans le calcul de leur
période de six mois. Cela ne nous semble pas
correct et nous nous demandions si vous pouviez
nous éclairer à ce sujet?
Jeannette Ramsden
Kelowna Ouest (Colombie-Britannique)
Ed : Ce que dit l’article est exact. C’est tout à fait
injuste à notre avis et c’est l’une des raisons pour
lesquelles nous avons vraiment besoin de ce visa de
« snowbird ». Si vous revenez à la maison pour Noël
au milieu de votre séjour aux États-Unis, le temps
passé au Canada est compté comme du temps
passé aux États-Unis, car vous avez seulement quitté
temporairement les États-Unis et prévoyez y revenir.
Cher jaseur,
Dans une réponse précédente, vous indiquiez
que les provinces devraient être heureuses
d’augmenter le nombre de jours de couverture
des soins de santé à l’extérieur du pays, car cela
réduira leurs coûts de soins de santé. Pourriez-vous
préciser?
Nancy McRae
Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard)
Ed : Chaque intervention d’urgence et chaque
consultation chez un médecin ayant lieu à
l’extérieur du Canada sont des frais médicaux
qui seraient normalement payés par le régime
d’assurance maladie provincial. Les provinces ne
paient pratiquement rien pour les services fournis
à l’extérieur du Canada, généralement environ 5 %
de la facture réelle. Vous financez quand même vos
soins de santé « gratuits » de l’Î.-P.-É. avec vos impôts,
vos cotisations sociales et autres prélèvements,
mais, en voyageant, vous finissez par utiliser moins
de services que les personnes qui ne voyagent pas.
J’aimerais féliciter toutefois l’Î.-P.-É., car elle est
l’une des rares provinces qui se conforment à la
Loi
canadienne sur la santé
. Elle rembourse les services
médicaux dispensés à l’extérieur de la province au
même taux que s’ils étaient fournis dans la province.
Cela représente de 12 % à 15 % de la plupart des
factures provenant des États-Unis. En réalité, les
personnes qui ne voyagent pas bénéficient de notre
absence puisque nous enlevons de la pression sur les
établissements de santé et de meilleurs soins peuvent
ainsi leur être fournis.
Cher jaseur,
Ayant récemment acheté des condos en Ontario et
en Floride, nous sommes sur le point de rejoindre
les rangs des « snowbirds ». Est-il nécessaire
d’ouvrir un compte bancaire aux États-Unis, ou
est-il possible de s’organiser avec seulement une
banque canadienne et une carte VISA?
Arthur Wenk (Ontario)
Ed : Félicitations! Vous POUVEZ vous débrouiller avec
juste un compte bancaire canadien et une carte
VISA, mais je ne vous le recommande pas à cause
de tous les frais et des inconvénients possibles. Nous
avons ouvert un compte à la Wells Fargo et nous
utilisons leur carte de débit pour tout. L’argent dont
nous avons besoin est transféré chaque mois, par
l’entremise du Programme d’échange de devises de
l’ACS, directement dans notre compte américain. Vos
frais de condo et vos frais de subsistance courants
peuvent être automatiquement prélevés de votre
compte américain, ce qui s’avérera très pratique.
Cher jaseur,
J’ai entendu dire dernièrement que la règle des
six mois était modifiée à sept mois. Est-ce vrai? J’ai
aussi entendu qu’une possibilité de neuf mois est
à l’étude. Est-ce vrai?
Aussi, pendant combien de temps puis-je hiverner
aux États-Unis sans perdre ma retraite du Canada?
Winston Sharkey
Cambridge (Ontario)
Ed : Pour mémoire, la plupart des provinces
canadiennes autorisent maintenant une absence de
sept mois sans perte des prestations pour soins de
santé; l’Ontario en fait partie. Terre‑Neuve autorise
une absence de neuf mois…elle est la seule province
à le faire. Malheureusement, les États-Unis ne vous
permettent qu’un séjour de six mois, vous ne pouvez
donc pas rester en Floride ou en Arizona pendant les
sept mois. L’ACS est sur le point d’obtenir que les États-
Unis prolongent la durée de nos séjours à HUIT mois
avec un visa spécial pour les « snowbirds », mais la
question n’est pas encore totalement réglée.
Quant à la perte de votre retraite parce que vous
voyagez, je n’en ai jamais entendu parler au Canada
et je doute fortement que l’information soit exacte.
Ceci suppose qu’il s’agit d’une retraite canadienne.
Vous devriez pouvoir vivre en permanence aux
États-Unis et conserver votre retraite canadienne.
Certaines retenues d’impôt, généralement 15 %,
s’appliqueraient. D’autres pays peuvent avoir des
règlements très différents pour ce que nous appelons
les « expats ».
Cher jaseur,
Comme beaucoup de « snowbirds », en Floride,
nous faisons nos transactions bancaires en ligne.
Quand nous ne sommes pas à la maison, nous
utilisons les données de la carte de débit de Kathy
pour accéder à notre banque et à nos comptes
bancaires personnels, mais, l’hiver dernier, nous
avons découvert que sa carte allait expirer
pendant que nous étions à l’étranger. Elle expirait
en novembre.
Selon la banque, une nouvelle carte avait été
envoyée par la poste à notre domicile. Pour
l’autoriser, nous avions deux possibilités : soit
composer le numéro d’autorisation 1-800 de la
banque en utilisant notre numéro de téléphone
à la maison qui figure dans notre dossier,
soit l’autoriser en ligne en utilisant les détails
disponibles uniquement sur la nouvelle carte et
dans la lettre de transmission. Nous étions dans
une impasse, puisque nous ne pouvions faire ni
l’un ni l’autre. J’ai appelé la succursale bancaire
de notre quartier, mais ils ne pouvaient rien faire
jusqu’à ce que nous retournions chez nous.
Par chance, j’ai vu que ma carte de débit expirait
en juin et nous avons pu l’utiliser pour rétablir
notre accès bancaire en ligne. Sans cela, nous
aurions complètement perdu le contrôle de nos
transactions bancaires en ligne pendant notre
séjour, y compris les paiements mensuels des
services publics et plusieurs importantes dépenses
annuelles planifiées pendant les mois d’hiver.
Leçons retenues. À notre retour chez nous en avril,
la banque a ajusté la date d’expiration de la carte
de débit de Kathy pour qu’elle arrive en été.
1,2,3 5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,...28
Powered by FlippingBook