Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  12 / 28 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 12 / 28 Next Page
Page Background

12

www. snowbirds .org

Voyage

Giovanna – une guide Explora

chevronnée – nous a accompagnés,

ainsi qu’un couple d’Anglais – Amanda

et Simon. Giovanna transportait un

sac à dos contenant nos lunchs et

des bouteilles d’Evian. Tout ce que

nous avions à transporter, c’était nos

appareils photo et des sacs légers

contenant des chandails et de l’écran

solaire.

Nous avons déambulé au travers

des forêts et des tourbières vierges,

et sillonné des collines recouvertes

de fuchsias et de digitales blanches

sauvages. Des pics neigeux en dents

de scie dominaient les prairies alpines.

Giovanna s’est penchée pour ramasser

deux fruits minuscules poussant sur

un arbuste trapu. «

Chaura

», a-t-elle

dit. Ils ressemblaient à des pommes

miniatures, mais leurs dimensions et

leur goût rappelaient davantage ceux

des bleuets.

Nous étions prêts à affronter les vents

d’été notoires du parc. (Avant notre

arrivée, Explora nous avait remis

une liste de choses à apporter.) Nos

manteaux et pantalons imperméables

faisaient un bruit répétitif quand

Paine et les forêts dominées par

des montagnes près de la frontière

argentine. Observant les guanacos,

qui rappellent les lamas, nous nous

sentions comme les légendaires

gauchos

(propriétaires de ranch). L’air

frais nous ouvrait l’appétit. Imaginez

notre ravissement à notre arrivée au

quincho

(hutte à barcebue), le point de

départ et d’arrivée de notre randonnée,

quand nous avons été accueillis par

les arômes irrésistibles de viandes

de poulet et d’agneau grillées. Les

cuisiniers gauchos ont découpé des

morceaux de viande rôtie à la broche,

qu’ils nous ont servis avec des pommes

de terre rôties et du pain. Pendant

que nous mangions, ils ont partagé

leurs anecdotes concernant l’élevage

d’animaux en Patagonie.

Randonnée jusqu’au lieu

d’origine des icebergs

Stimulés par nos activités précédentes,

nous étions néanmoins sceptiques

quand nos guides nous ont assurés

que nous étions parfaitement capables

d’accomplir la randonnée de 17 km au

glacier Grey prévue pour le lendemain.

nous marchions en rythme avec les

vêtements imperméables de nos

compagnons. Mais aujourd’hui, au lieu

de vents forts, un soleil intense créait

un effet de serre sous nos vêtements

de protection, nous obligeant à enlever

puis à ranger nos vêtements de pluie.

Nous avons enjambé un ruisseau

bouillonnant sur un pontage fait de

planches de bois et grimpé jusqu’à

un point d’observation en pierre au-

dessus du lac Grey. Des icebergs d’un

vert mentholé émergeaient d’une eau

couleur cendre. Certains étaient aussi

hauts que des immeubles de trois

étages, alors que d’autres étaient aussi

petits que des niches pour chien. Une

explosion semblable à une explosion

de dynamite a fait des échos lorsqu’un

bloc de la taille d’un appartement

s’est détaché subitement de l’un des

icebergs, créant un mini-tsunami.

Poussé par le vent jusqu’à l’extrémité

rocheuse du lac, il est allé s’immobiliser

dans un vacarme rappelant un

gigantesque compacteur de métal.

Simon est allé s’allonger sur un

affleurement lisse pour observer les

pics vertigineux avec des jumelles.

Vue aérienne du parc national Torres del Paine

Observation de guanacos au parc national

Torres del Paine

Cuisinier gaucho découpant un morceau

d’agneau rôti au quincho

Randonnée à cheval au parc national Torres del

Paine