Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4 / 24 Next Page
Page Background

le

jaseur

Cher jaseur,

Mon mari et moi avons rempli des accords de représentation au lieu des directives

préalables. Nous prévoyons faire appel à Nidus. Quelles mesures pouvons-nous

prendre afin de nous assurer que notre représentant gère nos affaires quand nous

sommes à l’extérieur de la province, plus particulièrement aux États-Unis? Medipac

et les autres compagnies d’assurance vérifient-elles habituellement les informations

figurant dans le registre de NIDUS? Par exemple, si l’ordonnance de ne pas réanimer

(NPR) nous tient à cœur, devrions-nous prévoir une directive préalable conformément

aux lois de l’État dans lequel nous passons le plus de temps, par mesure de précaution?

Burnaby, Colombie-Britannique

R. :

La Colombie-Britannique est très en avance par rapport au reste du monde sur les questions

relatives aux personnes âgées. Le gouvernement a notamment adopté la

Loi sur l’accord de

représentation

ayant inspiré l’article 12 de la Convention des Nations Unies sur les droits des

personnes handicapées. Nidus est une institution caritative qui fournit un registre contenant

les documents suivants : accord de représentation, procuration perpétuelle, directive préalable,

avis de révocation, avis de démission (en cas d’accord de représentation ou de procuration

perpétuelle), planification préalable des soins, testament biologique et/ou nomination de comité.

Les groupes fondateurs d’origine de Nidus étaient les suivants : Alzheimer Society of BC,

BC Association for Community Living, BC Coalition of People with Disabilities, Council of Senior

Citizens’ Organizations, Family Link et Network of Burnaby Seniors. Je vous recommande de

consulter le site

nidus.ca

qui contient de précieux renseignements.

Pour répondre à vos questions, pour l’instant, aucune société d’assurance-voyage ne consulte le

registre de Nidus afin de connaître vos souhaits. Personnellement, je vous conseille d’emporter

une copie de vos directives quand vous partez en voyage et de demander à votre société

d’assurance d’ajouter une note à votre dossier indiquant qu’elles figurent également dans le

registre de Nidus. Si vous allez régulièrement dans un État particulier des États-Unis, je vous

conseille vivement de communiquer avec un avocat afin de préparer une autre directive conforme

aux lois de cet État. Vos directives canadiennes ne seraient pas une mesure de précaution,

car les hôpitaux et les établissements de santé américains pourraient reconnaître uniquement

les documents délivrés dans leur pays. Tout le monde a besoin de ces documents importants!

Cher jaseur,

Nous avons laissé notre voiture en Floride. Nous l’utilisons quand nous y descendons

durant l’hiver. J’envisage de la faire réenregistrer en Floride, d’obtenir une plaque

d’immatriculation de l’État et de l’y faire assurer. Est-ce compliqué? Qu’est-ce que

cela implique? Nous ne voulons pas ramener la voiture au Canada.

Gary Corbit, Nouvelle-Écosse

R. :

En réalité, vous avez importé une voiture aux États-Unis, mais vous avez oublié d’en informer

les autorités douanières. Cela pourrait vous causer de graves ennuis à moins de corriger votre

situation. De nombreuses voitures sont importées aux États-Unis sur le marché « gris », ce qui

nuit aux secteurs des ventes et de la fabrication américains. Les autorités douanières peuvent

être très sévères dans leur poursuite des contrevenants. Mon premier choix serait de vendre la

voiture – au Canada – et d’en acheter une autre aux États-Unis. Les voitures d’occasion sont

habituellement moins chères aux États-Unis, de toute façon. OU BIEN, allez dans un bureau de

douane américain et demandez aux agents de vous expliquer le processus d’importation. Je

les ai trouvés vraiment très efficaces. Vous devrez payer des taxes et des droits, mais ce n’est

pas exorbitant. Une voiture assemblée en Amérique du Nord est exemptée des droits de douane

à l’importation conformément à l’ALENA; par contre, une taxe d’environ 6 % s’applique. Vous

devrez quand même payer la taxe de vente et les frais de permis.

Cher jaseur,

La date de sortie qui m’a été attribuée est le 8 mars 2015, ce qui donne un séjour

bien plus court que les 182 jours prévus aux États-Unis. L’agent n’a pas voulume dire

pourquoi. Y a-t-il unmoyen de prolonger cette visite jusqu’au 15 avril? Bien que je n’ai

jamais prolongé indûment mon séjour et que je n’ai pas de casier judiciaire, je trouve

que la façon dont j’ai été traitée par les agents des douanes était très désagréable. La

situation m’a stressée même si j’ai répondu ouvertement, honnêtement et poliment,

comme onme l’a recommandé. Je n’ai ressenti ça dans aucun autre pays où j’ai voyagé.

Je me demande pourquoi je prends la peine d’aller aux États‑Unis alors qu’il existe

beaucoup d’autres pays bien plus accueillants. L’ACS dispose-t-elle d’une personne

chargée du suivi des mauvaises expériences à la douane? Je sais qu’il n’y a aucun

recours individuel, mais nous devrions néanmoins informer les États-Unis dumanque

de considération des agents à l’égard des Canadiens. L’ACS peut-elle nous défendre?

Louise Mccooeye, Calgary, Alberta

R. :

Vous devez absolument quitter le territoire américain avant cette date! La décision d’un agent

des services frontaliers n’offre aucune possibilité d’appel et il n’y a aucun moyen de demander

une prolongation. L’estimation de la durée du séjour relève strictement de l’agent des Services

des douanes et de la protection des frontières des États-Unis au moment de l’admission, comme

vous l’avez découvert. L’ACS fait le suivi des expériences positives et négatives des membres

qui voyagent aux États‑Unis ainsi que dans d’autres pays du monde. Tout comme les autres

associations de voyage, nous avons également exprimé ces préoccupations à divers membres

du Congrès. Nous continuons d’espérer que les modifications à la politique d’immigration

que l’ACS défend actuellement par l’intermédiaire du projet de loi JOLT donneront lieu à un

processus d’entrée aux États-Unis plus rapide et plus agréable pour les retraités canadiens.

Cher jaseur,

J’ai entendu dire que si nous disposons d’une couverture d’assurance (nous sommes

couverts sixmois, de novembre à avril) et que nous retournons au Canada pour Noël,

cette couverture est nulle et nous devons alors refaire une demande de couverture

avant de repartir pour l’Arizona.

Nikki D., Edmonton, Alberta

R. :

Vous devez faire très attention à cela. De nombreuses compagnies d’assurance supposeront

que vous êtes revenus pour des raisons médicales et, à ce titre, annuleront automatiquement votre

police. C’est rarement le cas bien sûr, car la plupart des « snowbirds » reviennent simplement

pour voir leurs enfants et leurs petits-enfants pour Noël ou pour les Fêtes. Medipac accorde

ce privilège de « retour temporaire », mais vous devez quand même nous appeler si votre

état de santé ou votre traitement change pendant que vous êtes au Canada. Il est également

habituellement moins coûteux de souscrire à deux polices d’assurance plutôt qu’à une seule

de plus longue durée. Vous pouvez le faire simultanément, même avec le régime Lève-tôt, la

seule obligation étant de respecter les exigences relatives aux affections préexistantes à votre

retour après Noël.

Cher jaseur,

Nous sommes propriétaires d’unemaison en Floride depuis six ans et nous envisageons

de la vendre. Pouvons-nous simplement ramener nos meubles au Canada?

Claire Jacobs, Wellington, Ontario

R. :

En général, la réponse est positive pour tout ce que vous possédez aux États-Unis depuis

au moins plusieurs mois. Nous vous recommandons d’appeler l’Agence des services frontaliers

du Canada pour prévenir que vous reviendrez avec tous vos meubles, pour ne pas surprendre

les douaniers. Cela pourrait vous faire gagner beaucoup de temps à la douane. Se présenter

à la frontière avec une nouvelle télévision et de l’équipement stéréo neuf et emballé dans des

boîtes n’est vraiment pas recommandé.

Cher jaseur,

Vous avez abordé la question de la vente d’une maison mobile si vous possédez le

terrain ou si vous êtes copropriétaire du parc de maisons mobiles. Ma question est

la suivante, si vous êtes propriétaire de la maison mobile mais que vous payez un

loyer mensuel pour le terrain, faut-il payer des frais ou des impôts en cas de vente?

Ed Fox, Lucan, Ontario

R. :

Oui, il y a toujours des impôts à payer. Nos gouvernements voraces et avides n’oublient

jamais de tout taxer. L’air est le prochain sur la liste – il s’agit de la taxe sur le carbone. Votez

contre si vous le pouvez.

Cher jaseur,

Bonjour. Tout d’abord, poursuivez le travail remarquable effectué dans la rubrique

Le jaseur! C’est très instructif. J’ai récemment eu un accident de voiture en allant en

Floride. En essayant d’organiser l’expédition d’un deuxième véhicule en Floride, j’ai

découvert lemilieu louche des expéditeurs automobiles. J’ai envisagé de faire expédier

une voiture, comme le bulletin de l’ACS en fait la publicité, mais je me demande si

4

|

www. snowbirds .org