Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4 / 20 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4 / 20 Next Page
Page Background

le

jaseur

Cher jaseur,

Nous envisageons de nous rendre au Mexique en janvier prochain,

en partant des États-Unis. Nous y séjournerons 31 jours. Pouvons-

nous déduire ce nombre de jours et l’utiliser pour faire une

croisière en Alaska durant l’été 2016?

Sandy Jean-Louis

Manotick, ON

R. : Absolument! Toute absence des États-Unis de plus de 30 jours n’est

pas prise en compte par le service de l’immigration des États-Unis dans le

calcul de la période de six mois qui vous est allouée.

Cher jaseur,

Je sais que l’option de huit mois est de nouveau devant le Congrès,

mais quelqu’un m’a dit qu’elle ne s’appliquera qu’à l’immigration

et non à l’IRS, et que l’IRS maintiendra sa restriction de 183 jours.

Cela ne semble pas faire de sens. Qu’en pensez-vous?

Joseph Hanzelka

Oshawa, ON

R. : Méfiez-vous des rumeurs négatives farfelues qui circulent. Souvent,

elles sont propagées par des compagnies d’assurance concurrentes qui

cherchent à nuire à l’ACS. L’ACS a déjà obtenu la confirmation verbale à

la fois de l’INS et de l’IRS à savoir qu’aucun impôt ne sera prélevé auprès

des personnes détenant un visa de « snowbird ». L’IRS a également

indiqué qu’il modifierait simplement le formulaire 8840 afin de « régler »

le problème.

Cher jaseur,

Nous remplissons le formulaire 8840 pour la première fois et

ne nous rappelons pas des dates exactes pour les trois dernières

années. À quel point faut-il être précis? Est‑ce grave si les dates

sont un peu décalées?

Kathy Aubrey

Cobourg, ON

R. : Comme c’est votre première fois, je vous conseille d’inscrire les

dates que vous estimez être les plus fidèles et d’ajouter une petite note

indiquant que vous n’êtes pas sûrs des dates des années antérieures.

Prenez soin de noter ces dates à l’avenir.

Cher jaseur,

J’ai lu votre article au sujet de l’homme intercepté à Newark parce

que son dossier indiquait une ancienne infraction de conduite

avec facultés affaiblies pour laquelle il avait obtenu un Pardon

canadien. Bien que l’infraction remonte à 32 ans, il lui fallait

obtenir une levée d’interdiction d’entrée aux États-Unis. Cela

m’a ébranlée étant donné que nous nous rendons souvent aux

États-Unis, et que le dossier de mon mari indique une infraction

de conduite avec facultés affaiblies commise en 1975, pour

laquelle il a également reçu un Pardon canadien il y a quelques

années. Je me suis informée sur la possibilité d’obtenir une levée

d’interdiction d’entrée aux États-Unis et je me suis fait dire que

cela n’était pas nécessaire, car l’infraction en question ne lui serait

certainement pas reprochée. La personne a donné à entendre que

l’autre individu avait sûrement d’autres problèmes empêchant son

entrée. Vous serait-il possible de vérifier ces faits? Je demeure mal

à l’aise par rapport à cette situation.

Anne C.

Hamilton, ON

R. : La personne qui nous a écrit antérieurement décrivait son expérience

à la frontière, et nous sommes enclins à croire ses dires. Le point que

nous souhaitions soulever est que chaque garde-frontière exerce un

pouvoir important sur votre entrée et la durée de votre séjour. Le fait

d’avoir à son dossier une infraction de conduite avec facultés affaiblies

n’entraînera probablement pas de problème majeur, la preuve étant que

des membres de notre personnel ayant un tel dossier ont traversé la

frontière de très nombreuses fois sans aucun problème. À votre place,

je ne m’en ferais pas outre mesure, mais je prendrais la précaution

d’apporter avec moi une copie du Pardon durant mes déplacements.

À mon avis, un douanier de mauvaise humeur peut se servir d’une telle

infraction comme prétexte pour interdire l’entrée, et il en a le pouvoir!

Malheureusement, il peut aller jusqu’à vous interdire l’entrée même en

l’absence d’une telle infraction. Bref, mon conseil est de se comporter

avec politesse et de façon respectueuse devant les gardes-frontières et

tout devrait bien se passer.

Cher jaseur,

Nous nous appelons Pat et Brian Irving et nous vous écrivons

au sujet d’un article paru dans la version anglaise du numéro 94

de l’édition du printemps 2015, sous le titre

« CSA President’s

Award Honourees »

(Lauréats du prix du président de l’ACS).

L’article en page 46 avec notre photo à côté souligne l’immense

honneur qui nous a été fait, indiquant :

« Pat and Brian Irving

held a charity fundraiser »

(Pat et Brian Irving ont organisé une

activité de financement). Nous sommes extrêmement heureux

que les trois agents de la GRC abattus aient été mentionnés dans

le magazine

Nouvelles « CSA »;

cependant, je tiens à clarifier votre

énoncé. Bien qu’il soit vrai que nous ayons lancé l’idée du Tournoi

de golf commémoratif pour la GRC, ce n’est qu’après que notre

idée a été présentée aux autres membres de la Royal Oaks Golf

and Residential Community Association – et avec leur soutien –

qu’elle a commencé à prendre forme. L’événement était organisé

4

|

www. snowbirds .org