Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4 / 24 Next Page
Page Background

Le

Jaseur

Cher Jaseur,

Nous avons récemment payé notre repas dans un restaurant

américain à l’aide de notre carte de crédit canadienne. Le total

avant pourboire était de 22,15

$

, et j’ai laissé un pourboire de

4

$ pour un

total de 26,15

$

. J’ai remarqué quelques jours plus

tard que mon compte avait été débité de 53,15

$CA

... Je sais

que notre dollar est faible, mais quand même pas à ce point...

Je me suis renseigné, et le restaurant m’a facturé 38,15

$US

donc, un pourboire de 16

$ pour une note de

22

$

. J’ai contacté

le gérant, qui m’a dit que son serveur s’était trompé. Il semble

que ce resto ne facture les cartes de crédit que plus tard dans la

journée et le serveur a porté ce pourboire de 16

$ à la mauvaise

carte

. Je n’en suis pas convaincu et c’est ce que j’ai dit au gérant,

qui m’a remboursé le trop-payé. Ce problème ne survient pas

au Canada, puisque nos cartes de crédit sont assorties d’une

puce et d’un NIP, et que nous entrons nous-mêmes le montant

du pourboire, habituellement sur un petit appareil mobile...

Je tenais seulement à communiquer cette information à vos

lecteurs. La morale : conservez toujours vos reçus de restaurant

et vérifiez qu’ils correspondent bien au montant apparaissant

sur votre relevé.

Richard Fortier

Bath (Ontario)

R :

Bon conseil! En plus, je ne retournerais pas à ce restaurant; je ne

crois pas que c’était une erreur toute bête. J’ajouterai que la banque

vous a facturé un taux de change de 40 % — de l’extorsion pure et

simple, comme on en voit souvent. L’utilisation d’une carte de crédit

ou de débit aux É.-U. coûte très, très cher. D’après mon expérience,

un compte de banque aux É.-U. avec carte de débit constitue de loin

la façon la plus économique d’acheter aux É.-U. à peu près n’importe

quoi. Wells Fargo (ma banque aux É.-U.) m’a aussi accordé une petite

marge de crédit en cas d’urgence.

Cher Jaseur,

Les résidents de notre parc répètent souvent leur serment d’al-

légeance et avaient l’habitude d’observer une minute de silence

en l’honneur des Canadiens. Nous avons déterminé que nous

étions toujours vivants, alors plutôt que d’observer une minute

de silence, nous avons créé un serment canadien :

« Nous,

Canadiens, honorons notre drapeau et le pays qu’il

représente. Nous, résidents d’hiver, promettons d’observer

les lois et traditions des États-Unis d’Amérique. Que la fron-

tière qui s’étend entre nos deux pays reste toujours libre et

accueillante.

»

Nos amis américains ont bien accueilli ce serment. Nous aime-

rions le communiquer à tous. Utilisez-le si vous le souhaitez.

Isobel Wilson

Millbrook (Ontario)

R :

Très beau geste significatif, maintenant communiqué à tous.

Cher Jaseur,

Je viens de recevoir le formulaire I-194 en raison d’une

condamnation prononcée il y a 40 ans. Mon épouse et moi

venons de traverser la frontière à Calgary, en route pour Las

Vegas. Le tampon dans mon passeport est daté du 26 février

au 23 août. Pouvons-nous aller en Arizona en novembre pour

90

 jours

? Je ne sais vraiment pas à quoi m’en tenir… Je fais des

allers et retours sans encombre depuis des années.

Thomas Twells

Airdrie (Alberta)

R :

Impossible de vous donner une réponse définitive. On vous a délivré

un visa de visiteur B2 et permis de séjourner aux États-Unis jusqu’à

six mois, comme l’indique le tampon dans votre passeport. Si vous

n’y passez pas les six mois entiers, vous POURRIEZ être réadmis aux

É.-U. pour une période limitée dans les 12 mois suivant votre première

entrée le 26 février. Mais la décision relève de l’agent des douanes

américaines qui vous interrogera lorsque vous voudrez passer la

frontière. Le douanier prend la décision en tout temps, point final.

Cher Jaseur,

Je ne comprends pas. Mes amis s’absentent du pays tout juste en

bas de six mois, année après année. Comment est-ce possible

sur deux ans? Quelque chose m’échappe, puisque plusieurs

personnes que je connais quittent le pays de cinq à six mois

chaque année.

Herman Bulger

Port Colborne (Ontario)

R :

Vos amis ont le droit de visiter les É.-U. six mois chaque année,

comme indiqué dans la réponse précédente. Vous confondez

le fisc américain et l’immigration américaine. Si vous séjournez

régulièrement trois mois ou plus, je vous recommande de soumettre le

formulaire 8840 à l’IRS (l’agence américaine du revenu), qui saura ainsi

que vous avez des liens plus étroits au Canada et que vous y payez vos

impôts. Aussi, pour éviter toute autre confusion, l’IRS utilise l’année

civile à des fins fiscales. Vous trouverez le formulaire 8840 sur le site

Web de l’AC

S au snowbirds.org .

Cher Jaseur,

Je soumets diligemment mon formulaire 8840

à l’

IRS depuis

maintenant plusieurs années.

Ma question

 : puis-je dépasser la limite de

182

 jours si je sou-

mets le formulaire

? Les relations cordiales entre nos deux pays

me protègent-elles une fois la limite de 182 jours dépassée?

Alex Badiuk

Victoria (C.-B.)

4

|

www. snowbirds .org