« Le subtil calcul des frais en salle d'urgence » – Article d'enquête de Steve Lopez

Été 2012 Nouvelles « CSA » Numéro 83  |   Date du communiqué : 05 Juil 2012Retour à la liste

Bird talk - Le Jaseur
Cher jaseur,

L'article d'enquête de Steve Lopez, dans le LA Times du 1er avril, page A2, souligne certains points intéressants pour nous les « snowbirds ». Celui qui a attiré mon attention est la facturation des salles d'urgence avoisinant le montant des franchises d'assurance, afin d'éviter de tomber sous la loupe du HMO (l'organisation de soins de santé intégrés).

Nous avions auparavant une police avec une importante franchise, par l'entremise de l'ACS, et j'ai la certitude que si Medipac est informée d'avance, cette société veillerait à ce que la facturation soit appropriée. Cependant, il existe toujours une possibilité que des soins en salle d'urgence soient prodigués sans pouvoir en informer Medipac au préalable. Une franchise élevée pourrait alors déterminer le montant de la facture de l'hôpital. Alors, maintenant, nous allons opter pour une petite franchise.

De nombreux autres points pourraient intéresser les lecteurs. Par exemple, le fait que l'utilisateur paie beaucoup plus cher que le HMO pour une même procédure.

http://www.latimes.com/health/la-me-lopez-erfollowup-20120401,1,464555.column

Des E.
Sechelt, C.-B.

Réponse:
Éd. : Nous publions cette lettre et le lien vers l'article, car ils démontrent les énormes difficultés de traiter avec le système de santé américain et, en fait, tout système de santé étranger. Medipac dispose d'une grande expérience dans ces relations complexes et nous avons la réputation, dans les hôpitaux américains, de payer nos factures. Nous négocions le meilleur prix possible, selon nos bases de données et nos contrats, et vous en bénéficiez. Autre élément important : Medipac paie la totalité de votre facture. Nous vous facturons la franchise directement et les hôpitaux ne sont généralement pas au courant qu'il existe même une franchise.

Retour à la liste | Plus d'articles