Ancienne infraction canadienne cause des problèmes à la frontière

Printemps 2014 Nouvelles « CSA » Numéro 90  |   Date du communiqué : 12 Mai 2014Retour à la liste

Bird talk - Le Jaseur
Cher jaseur,
Je suis propriétaire d’un condo à Vero Beach, en Floride. Depuis quelques années, mon fils nous conduit là-bas, reste environ une semaine avec nous, puis je lui achète un billet d’avion pour rentrer. Cela m’arrangeait et lui faisait plaisir.
Au printemps, je lui achetais un billet d’avion pour qu’il nous rejoigne, il restait de nouveau une semaine environ, et nous reconduisait chez nous. En mars dernier, il s’est rendu à l’aéroport de Toronto, a enregistré ses bâtons de golf et ses bagages, et s’est rendu à la porte d’embarquement. On lui a demandé de se placer sur le côté, puis on l’a conduit à un bureau, où il a été interrogé par les autorités douanières et la patrouille frontalière. Il était très étonné. En fait, ils avaient retrouvé une infraction datant de 22 ans le concernant. À l’époque, il avait été inculpé pour avoir fumé un joint en Colombie-Britannique. Il avait alors payé une amende de 75 $.
Pour cette raison, ils ne l’ont pas autorisé à prendre l’avion pour nous rejoindre. Une fois sorti du bureau, il s’est dépêché de nous téléphoner juste avant que nous nous mettions en route pour aller le chercher. À présent, il n‘est plus autorisé à entrer aux États-Unis.
Nous partons bientôt pour la Floride, mais cette année, c'est avec le cœur gros que nous devrons ajouter des étapes à notre trajet. Je me rends compte que la patrouille frontalière jouit d’un immense pouvoir. Mais objectivement, protège-t-elle l’Amérique en empêchant les Canadiens de se rendre aux États-Unis et d’y dépenser leur argent? En passant, son billet n’a pas été remboursé parce qu’il s’était enregistré et qu’il a manqué son vol.
Nous avons découvert récemment qu’il était possible d’acheter une renonciation d’une valeur de 580 $ minimum, qui « peut tout de même être rejetée » par un garde-frontière trop zélé. Cette renonciation doit être renouvelée au bout d’un an (selon le Bureau des passeports canadien??). Personne ne semble être très au courant de ce problème, et la confusion au sujet des règles semble grande. Toute aide de votre part serait appréciée.
Dennis,
Ontario

Réponse:
R. : La drogue et les États-Unis ne font pas bon ménage. Ce problème est assez courant. Le mieux serait sans doute que votre fils présente une demande de pardon au Canada. Cela devrait aider à régler le problème. Ces sites Web pourraient vous aider :
http://www.servicecanada.gc.ca/fra/gdc/rehabilitations.shtml
www.pardons.org

Retour à la liste | Plus d'articles