Date de sortie attribuée par un agent des Services des douanes

Printemps 2015 Nouvelles « CSA » Numéro 94  |   Date du communiqué : 16 Jui 2015Retour à la liste

Bird talk - Le Jaseur
Cher jaseur,
La date de sortie qui m’a été attribuée est le 8 mars 2015, ce qui donne un séjour bien plus court que les 182 jours prévus aux États-Unis. L’agent n’a pas voulu me dire pourquoi. Y a-t-il un moyen de prolonger cette visite jusqu’au 15 avril? Bien que je n’ai jamais prolongé indûment mon séjour et que je n’ai pas de casier judiciaire, je trouve que la façon dont j’ai été traitée par les agents des douanes était très désagréable. La situation m’a stressée même si j’ai répondu ouvertement, honnêtement et poliment, comme on me l’a recommandé. Je n’ai ressenti ça dans aucun autre pays où j’ai voyagé. Je me demande pourquoi je prends la peine d’aller aux États Unis alors qu’il existe beaucoup d’autres pays bien plus accueillants. L’ACS dispose-t-elle d’une personne chargée du suivi des mauvaises expériences à la douane? Je sais qu’il n’y a aucun recours individuel, mais nous devrions néanmoins informer les États-Unis du manque de considération des agents à l’égard des Canadiens. L’ACS peut-elle nous défendre?
Louise Mccooeye
Calgary, Alberta

Réponse:
Ed. : Vous devez absolument quitter le territoire américain avant cette date! La décision d’un agent des services frontaliers n’offre aucune possibilité d’appel et il n’y a aucun moyen de demander une prolongation. L’estimation de la durée du séjour relève strictement de l’agent des Services des douanes et de la protection des frontières des États-Unis au moment de l’admission, comme vous l’avez découvert. L’ACS fait le suivi des expériences positives et négatives des membres qui voyagent aux États Unis ainsi que dans d’autres pays du monde. Tout comme les autres associations de voyage, nous avons également exprimé ces préoccupations à divers membres du Congrès. Nous continuons d’espérer que les modifications à la politique d’immigration que l’ACS défend actuellement par l’intermédiaire du projet de loi JOLT donneront lieu à un processus d’entrée aux États-Unis plus rapide et plus agréable pour les retraités canadiens.

Retour à la liste | Plus d'articles