Rêves…

Automne 2016 Nouvelles « CSA » Numéro 100  |   Date du communiqué : 28 Sep 2016Retour à la liste

Bird talk - Le Jaseur
Contrairement à Ross Quigley (Message du rédacteur en chef), je me suis débarrassée de mon côté enfant depuis des dizaines d’années; il me causait toujours des problèmes. J’ai tendance à éviter les adultes amateurs de films basés sur les bandes dessinées et j’ai déjà vu assez de feux d’artifice. J’aime tout de même être émerveillée sainement. Par exemple, la première fois que j’ai vu le Grand Canyon (j’y amène maintenant souvent les gens qui me visitent à mon domicile de la région de Phoenix). J’étais bouche bée. Il y a plusieurs années, j’ai observé au télescope une éclipse solaire totale près d’Estevan, en Saskatchewan, avec des amis amateurs d’astronomie. Personne ne trouvait les mots pour exprimer tout l’émerveillement ressenti. Et à deux reprises, au retour d’un voyage de pêche à la truite au lac Athapapuskow, dans le Nord du Manitoba, par une soirée sans vent : l’eau — tel un miroir bleu — et le ciel étaient d’une même couleur tous azimuts, que seule une mince ligne foncée (la rive éloignée) brisait. J’ai alors vécu ce qu’une amie artiste appelle une « expérience extrasensorielle ». Je me souviens aussi que quand j’ai finalement compris la relativité restreinte d’Einstein, à tel point que j’ai réalisé qu’il n’y avait aucun autre moyen de construire un univers, j’ai eu le même sentiment d’émerveillement.

Bev R
Regina (Saskatchewan)

Réponse:
R. : L’univers n’est qu’« émerveillement ». Nous devrions tous en profiter davantage, comme Bev.

Retour à la liste | Plus d'articles